Rencontre avec le #King : « Je me définis…comme un business man en devenir »

En l’espace de deux ans seulement, il est devenu pour beaucoup le symbole du renouveau du hip-hop kamer, l’un des symboles de cette nouvelle génération d’artistes camerounais qui malgré le leadership nigérian fait entendre sa voix. Stanley Enow puisqu’il s’agit de lui, nous a fait l’honneur de nous accorder quelques minutes de son temps. Rencontre avec le boss de Motherland Empire.

 

DC’K : Bonjour Stanley Enow.Merci de nous consacrer un espace dans votre agenda si chargé. Comment allez-vous ?

Stanley Enow :  Je me porte assez bien, merci. Praise God The Most High.

DC’K : Pour commencer, toute l’équipe de Douala C’Koment vous adresse ses félicitations pour votre triomphe lors de la dernière édition des canal d’or. Quel a été votre sentiment ce 28 février dernier ?

Stanley Enow :  Ce fut un plaisir. C’est la preuve que nous sommes sur la bonne voie. On ne dort jamais sur nos lauriers. La preuve! Après mes MTV, Afrimma,  Sonnah, Balafon music awards,  voici mon double Canal 2’Or.
Etre récompensé par les Canal 2’Or est une reconnaissance nationale qui vaut son pesant d’Or. C’est l’une des prestigieuses cérémonies du genre en Afrique Centrale.

DC’K : Tout le monde connait Stanley Enow le rappeur. Mais tous nous aimerions savoir si vous  évoluez sous d’autres casquettes, et qui est Stanley Enow dans la vie de tous les jours.

Stanley Enow : Je suis d’abord un artiste, et ça c’est une lapalissade. A côté de cela, je me définis comme un artiste qui a choisi de VIVRE DE SA PASSION, au delà de vivre sa passion ! Un adage bien de chez nous dit « DO NOT PUT ALL YOUR EGGS IN A SINGLE BASKET » c’est à dire qu’il « ne faut jamais mettre tous ses œufs dans un même panier !  »

C’est donc à dessein et fort de cette assertion que j’ai mis sur pied mon label (MotherLand Empire) qui se structure ainsi qu’il suit :

–         MOTHERLAND MUSIC

–         MOTHERLAND CLOTHING & ACCESSORIES

–         MOTHERLAND PICTURES

–         MOTHERLAND FOUNDATION

–         STANLEY ENOW FOUNDATION

Ceci me permet de m’autofinancer grâce aux revenus qui en émanent. Je me définis, n’en déplaise, comme un business man en devenir, et mon business model s’inspire des meilleurs dans le monde.

Tenez par exemple, MOTHERLAND CLOTHING & ACCESSORIES fait dans la production et la distribution des casquettes, t-shirts, casques audio, pendentifs Motherland et bien d’autres articles de la marque. J’envisage par exemple d’arriver un jour à Motherland Drinks, des boissons auxquelles les jeunes qui me suivent s’identifieraient.

C’est possible car l’impossible n’est pas Stanley Enow! Rêvons grand ! Je ne vous apprends pas que ma formation me l’autorise! Je suis diplômé en communication des organisations dans l’attente d’un Master. C’est bien ces skills académiques qui me permettent de me mouvoir plus facilement dans le domaine que j’ai choisi. C’est l’occasion pour moi d’exhorter la jeunesse à faire l’école autant que possible, car « elle a des racines amères, mais ses fruits sont très doux!  » Comme disait Le Ministère Amer, « Le Savoir est une Arme « .

DC’K : 2013, votre  premier single « hein père » connait un succès fulgurant. Vous vous attendiez à ce que  le coup d’essai se transforme en coup de maitre ? Comment avez-vous vécu  ce succès, et comment le vivez vous encore  aujourd’hui?

Stanley Enow : Praise God, The Most High!

J’étais prêt, j’escomptais le succès, ça va de soi ! Quel est d’ailleurs l’artiste qui n’attend pas le succès quand il écrit une chanson? Ce que certains ne savent pas, ou ne disent pas, ou ne veulent pas dire, c’est que je ne suis pas arrivé là spontanément, comme par un coup de baguette magique! J’ai cravaché dur pendant 10 ans, je savais, malgré les obstacles, que j’y arriverais mais je ne savais pas quand. D’où la patiente attente. J’ai du mal à m’appesantir là dessus parce que j’estime personnellement que ma route est encore longue, très très longue. Quand vous avez sur le dos tant d’attentes de la part de la jeunesse qui vous érige en modèle, vous n’avez pas le temps de vous retourner sans cesse. Les victoires c’est devant! Like Manu Dibango, vI keep walking.

DC’K : grâce à ce succès vous êtes devenu le premier camerounais nommé aux MTV Africa Music Awards dans la catégorie  Best New Act, prix que vous avez brillamment remporté. Parlez nous de cette expérience.

Stanley Enow : Cette expérience est tout simplement HISTORIQUE, dans ce sens que  pour la première fois un camerounais était nommé aux MTV AFRICA MUSIC AWARDS qui est la cérémonie de récompense la plus prestigieuse en Afrique. Ma nomination a été suivie par ma victoire devant des barons de la musique africaine avec qui j’étais en compétition tel que Phyno et Burna Boy du Nigeria, Heavy K et Uhuru de l’Afrique du Sud. Au début, à part mon staff, ma famille, mes amis très proches, quelques fans de la première heure et moi, personne ou presque ne me voyait vainqueur puisque  les MTV awards sont quasiment toujours remportés  par les Sud-africains et nigérians, qui ont tout ce qu’il faut en termes de NTIC pour se déployer et rafler les suffrages des votants. Je n’avais alors pour moi que mon talent et l’espoir. Par cette victoire Dieu a voulu élever tout en peuple à travers ma modeste personne.

DC’K : votre succès et surtout votre talent vous ont valu des collaborations avec des artistes tels que FUSE ODG ou la star ghanéenne SARKODIE. Suite à cela, considérez-vous que, vous faites désormais partir des rappeurs qui comptent sur le continent ?

Stanley Enow : Ma collaboration avec Fuse ODG et Olamide est intitulé, BLACK COMMANDO. C’est la chanson de la campagne #MadeOfBlack dont nous sommes tous les trois ambassadeurs.

Moi je représente l’Afrique francophone, Olamide  l’Afrique anglophone, et Fuse représente la diaspora africaine. En dehors de Sarkodie qui est le meilleur rappeur africain pour l’instant et les titres en témoignent, mon bon boulot m’a permis de collaborer avec plusieurs autres géants de la musique tel que Ice Prince, la légende 2Face Idibia qui m’a invité sur un titre avec lui dans la réédition de son album, Nyanda la Jamaico-américaine des sœurs Brick and Lace. Beaucoup de bonnes choses sont en voie. Je vous l’annoncerai en tant opportun. Mon label y travaille.

DC’K : Parlez-nous de ce featuring à venir avec la belle Nicki Minaj. Nous l’attendons tous vous savez !!

Stanley Enow: Moi aussi je l’attends lol!! Mais comme la patience est l’un de mes maîtres-mots, je suis patient. Il en faut dans ce game, de la patience !  Tout vient à point à qui sait attendre. Les leviers sont actionnés, cela fait partir des belles choses qui sont en cours. Je vous en livrerai les détails le moment venu, ainsi que bien d’autres collabos tout aussi importantes.

DC’K : Stanley, que répondez vous à ceux de l’univers du hip-hop camerounais qui pensent qu’il est prétentieux de votre part d’affirmer  dans certaines de vos chansons que vous êtes le number one du hip-hop kamer ? Ou de ces personnes qui estimaient que « hein père » ne méritait pas une nomination aux canal2 d’or ?

Stanley Enow: Ah ah ah. J’ai beaucoup écouté du rap français vous savez, et en 2007, quand j’écoutais Busta Flex dans « Ma Force », il disait « s’il y a de la place pour moi c’est qu’il y avait de la place pour toi, maintenant tu m’en veux gars, mais ça ne me regarde pas! »

Tout y est ! No time for dirty fight men!  Ceux qui ont estimé que « Hein père » ne méritait pas une nomination avaient (leur) raison ! Hein père devait peut-être être nommé cinq fois !? J’ai été nominé quatre fois pour deux récompenses, c’est déjà pas mal lol !!

DC’K : Nous avons eu un entretien avec Magasco qui nous disait que si l’occasion se présentait, il serait ravi de collaborer avec vous. Que lui répondez-vous ?

Stanley Enow : Ce sera une bonne chose car c’est mon devoir de travailler avec d’autres camerounais qui font de la musique. Je suis ouvert aux collaborations avec les autres que ce soit Magasco ou d’autres artistes camerounais. Déjà j’ai fait des collaborations avec les artistes tels que le très talentueux Dynastie le Tigre. La vidéo est en vue. Il y’a le remix de ma chanson #KingKong que je ferai avec la force féminine de la musique Camerounaise, Ciana, Daphné, et 20 Cent qui vit à Paris en ce moment. J’ai aussi pensé aux femmes qui me soutiennent énormément. Pour collaborer avec moi, faudrait contacter mon management. Faites-nous des propositions et mon équipe verra dans quelle mesure cela pourrait se faire car je ne travaille pas tout seul ! J’ai derrière moi tout un empire – MOTHERLAND EMPIRE !

DC’K : KING-KONG c’est le titre de votre  dernier single. Dites-nous de quoi ça parle.

Stanley Enow : Toutes mes chansons parlent de mon état d’esprit qui est bien sur l’état d’esprit de la jeunesse camerounaise, celui de la gagne ! #KingKong parle de la persévérance à un degré très élevé. C’est la voie du succès, un succès qu’il faut pérenniser. Dans la vie les challenges ne s’arrêtent jamais. Chacun a ses challenges à son niveau. Donc je fais comprendre à la jeunesse qu’après avoir réussi, il faut davantage se battre, au centuple,  pour se maintenir, aller toujours plus haut, because even the sky shall no longer be the limit !

DC’K : Pour finir Stanley, quels sont vos projets ? Et beaucoup de jeunes camerounaises aimeraient savoir si vous êtes oui ou non un cœur à prendre.

Stanley Enow: Mes projets sont multiples. Dans l’immédiat, celui de faire plaisir à mon public est la priorité. Mon cœur appartient à mes fans. Tous des rois, toutes des reines! Ils/elles ont pris mon cœur pour toujours !

DC’K : Nous vous remercions de nous avoir accordé cet entretien. Bien des choses à vous Stanley.

Stanley Enow :  God Bless you all DC’K and my fans all over! Thank you !

 

Propos recueillis par Stéphane Tang

LA RÉDACTION

CELLULE DE RÉDACTION

C’Koment Publishing Media Group est un consortium de services en communication, presse écrite ou digitale multi-supports. Il ambitionne de devenir un acteur clef du marché des médias camerounais et d’Afrique centrale. A ce jour, le groupe réunit un portefeuille de 4 magazines. Il se positionne comme acteur majeur des médias Lifestyle et tendances au Cameroun. Sa mission : informer, éduquer et divertir à l'aide d'une information qui vous ressemble. Chaque titre veut faire naitre auprès de ses lecteurs des passions, des envies et des rêves en s'adaptant aux réalités de votre quotidien.

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>